22 projets d’artistes S/Sourd·e·s et en situation de handicap soutenus

Date

24 février 2022

Sujets

Accessibilité / Lauréat-e

Type

Nouvelles

Le Conseil des arts de Montréal est fier d’annoncer les premières et premiers récipiendaires des aides financières offertes dans le cadre du tout nouveau programme de soutien aux personnes s/Sourd·e·s et en situation de handicap. Ce soutien permettra à 22 artistes et collectifs de réaliser un projet artistique grâce à des subventions pouvant aller jusqu’à 20 000 $ par artiste ou collectif. 

Découvrez l’éventail de projets variés qui seront soutenus!

  • Les silences infinis des requins pèlerins est une pièce de théâtre présentée à la fois en salle et de façon radiophonique, qui explore les diverses réalités des personnes vivant avec la douleur chronique. À travers les témoignages d’artistes vivant avec ce type de douleur et de spécialistes médicaux et paramédicaux, la créatrice Marie Ayotte du Théâtre Déchaînés tente de comprendre ces maux et les enjeux sociétaux qui s’y rattachent.
  • Le spectacle de danse À qui? À moi? est la première œuvre destinée aux enfants créée par Corpuscule Danse. Il s’agit également du tout premier spectacle de danse intégrée, qui favorise la rencontre créative entre danseurs avec et sans handicap, à l’intention du jeune public. On y aborde le sujet des limites : celles du corps, celles que l’on s’impose, celles imposées par les autres ou par nos diversités fonctionnelles. Ce projet allie les expertises de Guillaume Chouinard, metteur en scène, Georges-Nicolas Tremblay, dramaturge-chorégraphe, ainsi que des interprètes Ivanie Aubin-Malo, Maxime-D. Pomerleau et Jérémie Desbiens.
  • Alliant la peinture, la photographie et les médias numériques, Dana Edmonds explorera les changements climatiques et leurs effets dévastateurs sur notre environnement physique et psychique.
  • Danseur professionnel malentendant, Cai Glover combine la langue des signes américaine et la danse en proposant une relecture (réinterprétation signée et dansée) de la nouvelle Onze fils de Franz Kafka. Ce projet est issu d’une collaboration avec des comédien·n·es Sourd·e·s, soit Elizabeth Morris et Hodan Youssouf, ainsi que six autres interprètes en danse.
  • Par la création de l’œuvre chorégraphique Thunder in the Heart, Azalia Kaviani exprime en quoi la danse lui permet d’entrer en relation avec les autres tout en développant ses capacités physiques. Ce projet est né d’une collaboration avec la chorégraphe et interprète Emmanuelle Martin et la vidéaste Aude Simon.
  • Charlotte Jacob-Maguire réalisera un projet de recherche intitulé La diversité capacitaire au sein des artistes de la collection du MAC qui se scindera en plusieurs volets : le repérage d’artistes en situation de handicap ou S/sourds dans la collection du Musée d’art contemporain de Montréal, le repérage d’artistes émergents en situation de handicap à Montréal, l’écriture de deux articles critiques pour la revue Vie des arts ainsi qu’un webinaire.
  • Le collectif composé de Jennifer Parenteau-Manning, Marie-Pierre Petit et Hodan Youssouf poursuivra la création puis la diffusion du projet Le Mythe de la main rare avec l’aide de Stéphanie Veilleux, directrice de scène. Entièrement écrite et réalisée par des artistes s/Sourd·e·s, l’œuvre aborde les enjeux de diversité, d’inclusion et d’accessibilité de manière humoristique dans une approche de sensibilisation des publics à la réalité des personnes s/Sourd-e-s.
  • Les Muses : centre des arts de la scène, en partenariat avec l’École nationale de théâtre du Canada, lance un projet de création qui rassemble cinq artistes de la relève et cinq artistes professionnel·le·s issu·e·s de la neurodiversité. Il a pour but de favoriser les processus de création nourris par des artistes aux capacités et aux imaginaires diversifiés, en plus de stimuler chez la relève le désir d’embrasser des pratiques plus inclusives.
  • Le collectif Percepto, aux perspectives et origines diverses, a lancé le projet des Technologies de la fête, qui consiste en des interfaces destinées à la création collective de musique électronique conçues à partir des outils logiciels de la Société des arts technologiques.
  • Artiste multidisciplinaire, Maxime D.-Pomerleau entame une démarche en recherche et création en se penchant sur le processus autodocumentaire comme procédé dramaturgique porté par une personne en situation de handicap. Le récit prend la forme d’une installation performative et met en lumière la place centrale du corps de l’artiste, sa mise en scène et sa signification dans l’espace public, culturel et médiatique.
  • Artiste multisensorielle, Salima Punjani questionne le concept du high functioning (haut niveau de fonctionnement), et la façon dont la société perçoit les individus par rapport à leur capacité à « fonctionner », tout cela au moyen de photographies avec acrylique gravées au laser.
  • L’artiste cambodgienne-canadienne Chan Ravy Puth réalisera un portfolio d’illustrations qu’elle soumettra comme maquettes pour murales potentielles. Son projet s’inspire de sa propre expérience de réappropriation identitaire et raconte le trauma transgénérationnel laissé par le colonialisme et les effets du racisme systémique dans sa communauté.
  • Chapeautée par Visions sur l’Art Québec, cette résidence vise à créer un espace de rencontre entre artistes de la diversité capacitaire (personnes sourdes, handicapées, neuroatypiques et psychoatypiques) en vue d’échanger, de créer et de développer de nouveaux projets. Co-création multidisciplinaire et réflexions sur les arts crip, sourds, autistiques et fous seront au rendez-vous. La résidence se tiendra du 23 au 25 mai 2022 à l’Afromusée et se terminera par un 5 à 7 ouvert au public. 

Bravo à toutes et à tous pour ces projets aussi variés qu’inspirants!