Liste des lauréats du Grand Prix

2017 : L'Orchestre Métropolitain a mené l’organisme dans de nombreuses salles de concert prestigieuses d’Europe, sous la fabuleuse direction de son directeur artistique et chef principal Yannick Nézet-Séguin. L’important travail réalisé dans le milieu de l’éducation auprès des jeunes et la remarquable présence de l’orchestre sur l’ensemble du territoire de l’île de Montréal ont également été salués. Le jury a finalement souligné que les musiciens de l’Orchestre Métropolitain sont essentiellement issus d’écoles de musique de Montréal et du Québec, ce qui met en lumière la qualité de la formation offerte ici.

Le tout premier Prix du jury, offert par la Caisse Desjardins de la Culture, a quant à lui été remis à l’ATSA, Quand l’Art passe à l’Action. 

2016 : Cas Public pour la qualité de ses œuvres et sa capacité à rejoindre tous les groupes d’âge, pour son année remarquable, accentuée par ses 117 représentations dans sept pays, dont 88 à l’international. En 2016, Cas Public a été vu, entre autres, au Covent Garden à Londres, au Lincoln Center à New York, et l’Opéra national de Paris, un rayonnement international hors du commun, particulièrement pour des œuvres destinées à un jeune public.

Prix de reconnaissance : Culture pour tous, le Festival BD de Montréal, la Galerie B-312 et le Théâtre MainLine / Festival St-Ambroise Fringe de Montréal.

2015 : Ex aequo Les 7 doigts de la main pour Triptyque, une magnifique exploration entre cirque et danse, et pour le prestigieux Drama Desk Award récompensant la mise en scène de Queen of the Night, et le Musée d’art contemporain de Montréal, pour l’exposition Flux de David Altmejd, dont l’univers vertigineux et éblouissant attirait en 2015 un nombre record de visiteurs.

Œuvre d'art remise aux 7 doigts et au Musée d’art contemporain de Montréal : Muslim Factory Varanasi de l’artiste montréalaise Alain Paiement.

Prix de reconnaissance : le Centre des auteurs dramatiques [CEAD], le Festival interculturel du conte du Québec, les Films du 3 Mars, Studio XX, Louise Bédard Danse, Sacré Tympan et LA SERRE – arts vivants.

2014 : Lemieux Pilon 4D Art pour une présence exceptionnelle en 2014 à l’occasion de son 30e anniversaire célébré par une créativité tous azimuts qui a culminé en une exposition rétrospective immersive présentée au Musée des Beaux-arts de Montréal : Territoires oniriques.

Œuvre d'art remise à Lemieux Pilon 4D Art : Mire de l’artiste montréalaise Manon De Pauw

Prix de reconnaissance : l’Agence Topo, ARCMTL, la Biennale de Montréal, Orange Noyée – Mani Soleymanlou, Quasar Quatuor de Saxophones, les Rencontres internationales du documentaire de Montréal (RIDM) et Zab Maboungou - Compagnie Danse Nyata Nyata.

2013 : Louise Lecavalier - Fou glorieux pour sa contribution légendaire à la danse contemporaine, pour sa création So Blue, pour avoir remporté le prix de danse Léonide Massine 2013 en Italie dans la catégorie « danseuse de l’année sur la scène contemporaine » et pour sa nomination en tant que « Personnalité de la semaine » au journal La Presse.

Œuvre d'art remise à Louise Lecavalier - Fou glorieux : Magnetic Tape: Half-inch, No. 6 (So Blue) de l'artiste montréalaise Barbara Steinman

Prix de reconnaissance : le Centre d’art et de diffusion CLARK, la Cinémathèque québécoise, Constantinople, le Théâtre de l'Œil, TOHU, la Cité des arts du cirque et l’Union des écrivaines et des écrivains québécois (UNEQ).

 

2012 : Le Festival TransAmériques (FTA) pour sa contribution exceptionnelle et déterminante au rayonnement international de la création théâtrale contemporaine.

Œuvre d'art remise au Festival TransAmériques (FTA) : Rotation pour l'évolution invisible de l'artiste Pascal Grandmaison

Prix de reconnaissance : l’ACREQ | Elektra (arts numériques), Les 7 doigts de la main (arts du cirque), Art actuel 2-22 (Artexte, le Regroupement des centres d’artistes autogérés du Québec (RCAAQ) et VOX, centre de l’image contemporaine) (arts visuels), Wapikoni Mobile (cinéma/vidéo), BJM - Les Ballets jazz de Montréal (danse), Terres en vues (diffusion pluridisciplinaire), l’Association des libraires du Québec (ALQ) (littérature) et le Quatuor Bozzini (musique).

2011 : Festival du nouveau cinéma pour son 40e anniversaire qui fut l’occasion de proposer une programmation hors du commun, le renouvellement des forces de l’équipe et des collaborations avec des partenaires d’affaires toujours plus engagés.

Œuvre d'art remise au Festival du nouveau cinéma : The Screen de l'artiste Adad Hannah

Prix de reconnaissance : En Piste (arts du cirque), la Société des arts technologiques (SAT) (arts numériques), le Musée d’art contemporain de Montréal (arts visuels), la Compagnie Fortier Danse-Création (danse), revue Liberté (littérature), L’Orchestre Métropolitain (musique), PME-ART (nouvelles pratiques artistiques), Aux Écuries (théâtre).

2010 : Cirque Éloize pour la création de son remarquable spectacle iD qui a inauguré la première édition du nouveau festival international Montréal Complètement Cirque et pour son rayonnement international exceptionnel.

Œuvre d'art remise au Cirque Eloize :  Tour d'étoiles de l’artiste montréalais Thomas Kneubühler

Prix de reconnaissance : Eastern Bloc (arts numériques), Association des galeries d’art contemporain/Art Souterrain (arts visuels), Coop vidéo de Montréal (cinéma/vidéo), Agora de la danse (danse), revue L’Inconvénient (littérature), L’OFF Festival de jazz de Montréal (musique), Théâtre La Chapelle (nouvelles pratiques artistiques), Compagnie Jean-Duceppe (théâtre).

2009 : Les festivals Elektra et Mutek, ex aequo, pour faire de Montréal la capitale nord-américaine des arts numériques.

Œuvre d'art remise à Elektra et Mutek : Chemical Coast (Arthur Kill) de l’artiste montréalaise Isabelle Hayeur.

 

Prix de reconnaissance : Oboro(arts visuels), Rencontres internationales du documentaire de Montréal (cinéma et vidéo), Regroupement québécois de la danse (danse), revue esse (littérature), Ensemble Caprice (musique), Les Filles électriques (nouvelles pratiques artistiques / arts du cirque) et Théâtre PàP (théâtre).

2008 : L'Orchestre symphonique de Montréal pour l'inoubliable opéra Saint-François d'Assise du compositeur Olivier Messiaen, couronnement de 75 ans d'excellence artistique.

Œuvre d'art remise à l'Orchestre symphonique de Montréal:
Œuvre de sable, impression encre à pigments sur papier chiffon de Jocelyne Alloucherie

Prix de reconnaissance : Perte de Signal (arts médiatiques), Musée des beaux-arts de Montréal (arts visuels), Kino'00 (cinéma), Fortier Danse-Création (danse), 24 Images (littérature), DARE-DARE (nouvelles pratiques artistiques), Théâtre d'Aujourd'hui (théâtre).

2007 : Tangente pour son constant renouvellement du rôle de diffuseur de danse depuis 1980.

Œuvre d'art remise à Tangente :
Du feu sur la neige, photo de Gabor Szilasi

Prix de reconnaissance : le Groupe Molior, Optica, le Festival international du film pour enfants de Montréal (FIFEM), la Fondation Metropolis bleu, le Festival Montréal Baroque, 4D art Lemieux/Pilon et Sibyllines (Brigitte Haentjens).

2006 : La Compagnie Marie Chouinard pour bODY_rEMIX / les_vARIATIONS_gOLDBERG, une oeuvre subtile et admirable au rayonnement international remarquable.

Œuvre d'art remise à la Compagnie Marie Chouinard :
Arborescence montage photographique de Nicolas Baier

Prix de reconnaissance : Société des arts technologiques, Musée McCord d'histoire canadienne, Cinémathèque québécoise, Festival international de la littérature, Productions Totem Contemporain, L'Usine C et Centaur Theatre Company.

2005 : Le Théâtre Bouches Décousues pour son apport immense à la vitalité et au développement du théâtre d'ici.

Œuvre d'art remise au Théâtre Bouches Décousues :
Laissez tomber la tête dans le cœur et le cœur dans le ventre et remontez le ventre dans le cœur, un tondo (technique mixte sur bois) de Sylvain Bouthillette

 

Prix de reconnaissance : Artexte, le Festival du nouveau cinéma, Louise Bédard Danse, la Maison de la poésie, l'Orchestre Métropolitain du Grand Montréal, Silophone et le Théâtre La Chapelle.

2004 : Espace Go pour la place originale qu'occupe cette compagnie dans la vie théâtrale montréalaise et québécoise.

Œuvre d'art remise à Espace Go :
Lela, impression au jet d'encre sur papier chiffon de Dominique Blain

 

Prix de reconnaissance : le centre de conception graphique Graff, l'événement en arts médiatiques Mutek, le festival de cinéma Vues d'Afrique, la compagnie de danse Flak (José Navas), Les Filles électriques qui organisent le Festival Voix d'Amériques et le Nouvel Ensemble Moderne.

2003 : La La La Human Steps pour Amelia, une chorégraphie remarquable et un film d’une éblouissante beauté.

Œuvre d'art remise à La La La Human Steps :
Le Domaine de Gaspé (L’arbre), œuvre photographique de Roberto Pellegrinuzzi

Prix de reconnaissance : le centre d’art et de nouveaux médias Oboro, le Musée des beaux-arts de Montréal, les Rendez-vous du cinéma québécois, la revue Lettres québécoises, le festival international de création musicale Montréal/Nouvelles Musiques et le Théâtre de La Manufacture.

2002 : Ensemble contemporain de Montréal, pour l'événement stimulant et magique " Cage en liberté ".

Œuvre d'art remise à l’Ensemble contemporain de Montréal :
La chanteuse et le musicien, estampe de Elmyna Bouchard

Prix de reconnaissance : l'Association pour la création et la recherche électroacoustiques du Québec (ACREQ), l'Association culturelle Quartier Éphémère, les Rencontres internationales du documentaire de Montréal, Danse-Cité, la revue littéraire Mœbius, les Coups de théâtre 2002-Forum international des arts jeune public.

2001 : Le Cinéma Parallèle, pour sa programmation originale et novatrice de films et de vidéos d'auteur et pour son soutien constant au milieu du cinéma indépendant.

Œuvre d'art remise au Cinéma Parallèle :
Fraternel, estampe de François-Xavier Marange

Prix de reconnaissance : Le Centre d'art public ; Fortier danse création ; le magazine culturel Spirale ; l'Ensemble Arion ; la Fondation du théâtre du Nouveau Monde.

2000 : Le Festival international du film sur l'art, pour l'hommage renouvelé aux créateurs du monde entier et à la création artistique sous toutes ses formes.

Œuvre d'art remise au Festival international du film sur l'art :
Quand la bise fut venue…, œuvre photographique de Sylvie Readman

Prix de reconnaissance : Le Centre international d'art contemporain ; Lock Danseurs ; la Fondation Metropolis Bleu ; le Quatuor Molinari ; la Fondation du théâtre du Nouveau Monde et la Compagnie de théâtre Il va sans dire ;Parachute, revue d'art contemporain.

1999 : La Compagnie Jean-Pierre Perreault, pour la qualité artistique remarquable de sa toute dernière création.

Œuvre d'art remise à la Compagnie Jean-Pierre Perreault :
L'Exil-L'Oubli. Le jeu des monstres et des dieux, estampe de Marc Séguin

Prix de reconnaissance : Vox, centre de diffusion de la photographie ; Main Film ; l'Association des écrivaines et des écrivains québécois pour la jeunesse ; le Studio de musique ancienne de Montréal ; le Théâtre de l'Opsis en coproduction avec le Théâtre de Quat'Sous.

1998 : L'orchestre de chambre I Musici de Montréal, pour sa contribution exceptionnelle au rayonnement de la musique sur le territoire de la CUM.

Œuvre d'art remise à l'Orchestre de Chambre I Musici de Montréal :
Tête de violon, estampe de Louis-Pierre Bougie

Prix de reconnaissance : L'Association des galeries d'art contemporain de Montréal ; le Festival international du nouveau cinéma et des nouveaux Médias de Montréal ; O Vertigo Danse ; le magazine culturel Spirale ; la Fondation du théâtre du Nouveau Monde.

1997 : Les Grands Ballets Canadiens, à l'occasion de leur 40e anniversaire de fondation par la regrettée Ludmilla Chiriaeff.

Œuvre d'art remise aux Grands Ballets Canadiens :
Nuit no 2, dessin au pastel à l'huile de Françoise Sullivan

Prix de reconnaissance : Optica, un centre au service de l'art contemporain ; la Cinémathèque québécoise ; le Festival interculturel du conte de Montréal ; Les Idées heureuses ; la Maison québécoise du théâtre pour l'enfance et la jeunesse.

1996 : Le Musée des beaux-arts de Montréal, en raison de la qualité de sa programmation en 1996 et de la place prépondérante réservée à l'art du 20e siècle.

Œuvre d'art remise au Musée des beaux-arts de Montréal :
Océanie/Chine, diptyque de Irene F. Whittome

Prix de reconnaissance : Le Festival international du film sur l'art ; Sylvain Émard Danse ; la revue Arcade ; Chants libres, compagnie lyrique de création ; le Théâtre UBU.

1995 : Le Festival international de nouvelle danse, pour son rayonnement exceptionnel après 10 ans d'existence.

Œuvre d'art remise au Festival international de nouvelle danse :
Sans titre, œuvre photographique de Geneviève Cadieux

Prix de reconnaissance : Le Centre copie-art ; Zone Productions ; les Cahiers de théâtre JEU ; le Nouvel Ensemble Moderne ; l'Espace Go.

1994 : Carbone 14, pour l'ensemble de son œuvre et tout particulièrement pour La Forêt.

Œuvre d'art remise à Carbone 14 :
Coffre fort, estampe de François Vincent

Prix de reconnaissance : L'Atelier circulaire ; la compagnie Marie Chouinard ; l'Académie des lettres du Québec ; l'Orchestre symphonique de Montréal.

1993 : Le Musée d'art contemporain de Montréal, pour l'exceptionnelle réussite de son nouvel aménagement au centre-ville de Montréal.

Œuvre d'art remise au Musée d'art contemporain de Montréal :
Jardin no 5, œuvre photographique de Serge Tousignant

Prix de reconnaissance : La Fondation Jean-Pierre Perreault ; le périodique culturel Vice Versa ; le Nouvel Ensemble Moderne ; la Fondation du théâtre du Nouveau Monde.

1992 : O Vertigo Danse, pour sa création La Chambre blanche.

Œuvre d'art remise à O Vertigo Danse :
Eau vive, œuvre photographique de Raymonde April

Prix de reconnaissance : Le Centre international d'art contemporain de Montréal ; l'Union des écrivaines et écrivains québécois ; les Productions Traquen'Art ; le Théâtre de Quat'Sous.

Depuis 1992, un Prix de reconnaissance de 5 000 $ est remis à chacun des finalistes du Grand Prix, tandis que le lauréat continue de recevoir une bourse de 25 000 $ et une œuvre d'art commémorative.

1991 : La Société de musique contemporaine du Québec, doyenne des sociétés de production de musique contemporaine au Canada qui célébrait son 25e anniversaire.

Œuvre d'art remise à la Société de musique contemporaine du Québec :
Turbulence / 145, estampe de Lorraine Bénic et Christian Tisari

Également en nomination : Vox Populi; la Fondation Jean-Pierre Perreault ; la Revue XYZ ; le Théâtre de la Marmaille.

1990 : La revue Vie des Arts, à 40 ans, la plus ancienne revue d'arts visuels au Canada.

Œuvre d'art remise à Vie des Arts :
La Viepromise, estampe de Janine Leroux-Guillaume

Également en nomination : L'Orchestre de chambre I Musici de Montréal et Carbone 14.

1989 : Le Centre Canadien d'Architecture, parmi les plus importants musées d'architecture au monde.

Œuvre d'art remise au Centre Canadien d'Architecture :
Suite italienne, œuvres photographiques de Geoffrey James

Également en nomination : Gratien Gélinas, père du théâtre québécois ; Édouard Lock, directeur artistique de La La La Human Steps.

1988 : La Fondation du théâtre du Nouveau Monde, le Théâtre expérimental des femmes et Mime Omnibus, pour l'événement du Printemps Shakespeare.

Œuvre d'art remise à ces trois théâtres :
To Be or Not, estampe de Francine Simonin

Également en nomination : L'Orchestre de chambre I Musici de Montréal et le Musée des beaux-arts de Montréal.

1987 : Le Cirque du Soleil, pour sa réussite spectaculaire.

Œuvre d'art remise à Louis Lortie :
Le Cirque du Soleil, estampe de Pierre-Léon Tétreault

Également en nomination : La danseuse et chorégraphe Margie Gillis et le compositeur Gilles Tremblay.

1986 : Louis Lortie, l'un des pianistes les plus remarquables de sa génération.

Œuvre d'art remise à Louis Lortie :
Partition, monotype de Roland Giguère

Également en nomination : Anik Bissonnette et Louis Robitaille, danseurs étoiles des Ballets de Montréal Eddy-Toussaint et la Société de musique contemporaine du Québec.

1985 : Le Théâtre Sans Fil, pour sa production exceptionnelle du Seigneur des Anneaux.

Œuvre d'art remise au Théâtre Sans Fil :
À tout Seigneur tout Honneur, estampe de Pierre Ayot

Également en nomination : Le Centre international d'art contemporain ; le Festival international de nouvelle danse ; l'Orchestre symphonique de Montréal.